Grâce à la miniaturisation des composants électroniques, les cartes de paiement peuvent désormais embarquer un écran e-paper (la technologie utilisée pour le Kindle d’Amazon), une antenne NFC, des boutons tactiles et une mini-batterie garantissant un fonctionnement au-delà de la durée de validité de la carte. Une fois en main, le produit fini ressemble en tous points à une carte classique.

On peut distinguer les cartes à écran et sans boutons et celle dotées d’un ou plusieurs boutons.

OT MOTION CODE™ : la carte à écran sans bouton pour sécuriser le paiement en ligne

Avec OT MOTION CODE™, le code de sécurité (les trois chiffres au dos de la carte, utilisés lors d’un paiement en ligne) est affiché sur un mini-écran et change automatiquement régulièrement, par exemple toutes les heures. Ainsi, si ces données sont volées, elles deviennent rapidement inutilisables par les fraudeurs.

« Pour le consommateur, c’est une solution complètement transparente, qui ne modifie en rien ses habitudes. Il en est de même pour les e-commerçants qui n’ont pas à faire évoluer leur site marchand. Ce type de carte à écran est celui qui va le plus rapidement et le plus massivement se développer dans les années à venir, car son utilisation est immédiatement appropriable par tout l’écosystème » explique Stéphane Girodon, responsable du développement commercial & marketing au sein de l’activité Financial Services Institutions d’OT.

OT fournit les cartes mais également le serveur de validation des codes, qui s’intègre dans l’environnement de la banque ou de son processeur de transactions.  

Des boutons pour des fonctionnalités additionnelles

D’autres cartes encore plus sophistiquées intègrent quant à elles un ou plusieurs boutons.

La carte à un bouton permet de générer des codes à usage unique, alternative sécurisée au mot de passe statique habituellement utilisé pour accéder par exemple à la banque en ligne, ou comme alternative au code reçu par SMS lors d’une transaction en ligne 3-D SecureTM.

A la manière d’une calculatrice ultra-fine, les cartes à clavier intègrent des touches tactiles permettant de saisir un code PIN pour accéder à un menu principal. L’utilisateur se voit alors proposer diverses fonctionnalités : génération d’un code unique comme pour la carte avec un bouton, authentification mutuelle avec un site web, signature électronique d’une opération de banque en ligne, génération d’un code de sécurité pour le e-commerce comme avec OT MOTION CODE™, etc.

Pour Stéphane Girodon, « ces cartes permettent de rajouter un niveau de sécurité supplémentaire mais surtout d’offrir des fonctionnalités autres que le seul paiement. Ce sont des solutions tout en un. Vous n’avez pas besoin de téléphone, de boîtier spécifique ou d’autre équipement pour générer un code temporaire, tout est dans votre carte et tout est dans votre portefeuille ! Non seulement le niveau de sécurité est important, mais ces cartes restent également très simples d’utilisation, ce qui facilite là-encore leur appropriation par les consommateurs. »

Plusieurs millions de cartes à bouton et clavier ont déjà été déployées dans de nombreux pays, et OT entamera le déploiement en 2015 d’OT MOTION CODE™ dans plusieurs pays et notamment avec le Groupe BPCE avec qui nous lançons un pilote début septembre. Comme ces cartes constituent une des solutions les plus efficaces pour contrer la fraude ligne, nul doute qu’elles feront rapidement partie de notre quotidien.