Les musées sont confrontés à des changements majeurs, propices à toutes les expérimentations muséographiques avec, en ligne de mire, le renouvellement du public et une expérience enrichie. Si numériser les œuvres afin de les rendre disponibles en ligne a été un premier pas, aujourd’hui d’autres initiatives innovantes apparaissent. Revue de tendances.

VISITER UN MUSÉE DEPUIS CHEZ SOI

POURQUOI ÊTRE TRIBUTAIRE D’UN LIEU ALORS QUE LES NOUVELLES TECHNOLOGIES OFFRENT LA POSSIBILITÉ DE S’EN AFFRANCHIR ?

Ce ne sont plus uniquement les œuvres qui sont numérisées et visibles en ligne, mais désormais des lieux entiers qui sont mis à la disposition d’un public élargi. Il est possible par exemple de visiter virtuellement certaines salles du musée du Louvre.

Ce type de visites suit cependant un parcours relativement figé, et c’est là que la robotique entre en scène. Certains musées proposent en effet des visites via un robot équipé d’une caméra, piloté à distance par le visiteur. Le musée des Confluences à Lyon a ainsi tenté l’expérience lors de son inauguration, tout comme la Tate Britain de Londres, avec l’événement « After Dark », une visite de nuit des galeries.

À mi-chemin entre les deux approches, l’application Google Arts and Culture utilise la réalité virtuelle pour proposer la découverte de millions d’œuvres d’art, images et documents historiques provenant de musées et centres d’archives. En couplant l’application au Google Cardboard, un masque de réalité virtuelle, il est possible de visiter des lieux en véritable immersion, comme le musée Guggenheim à New York.

EXPLORER L’ART AUTREMENT

Permettre de visiter un musée à distance grâce à la réalité virtuelle est loin d’être la seule utilisation de cette technologie, ni la plus excitante. Se plonger dans des œuvres, s’immerger dans des films ou découvrir des monuments tels qu’ils étaient à l’origine : les possibilités d’utilisation sont vertigineuses. Le London National History Museum a par exemple proposé un film en réalité virtuelle présentant la vie aquatique à l’époque de la préhistoire. Vision 3D à 360° : le fond des océans 540 millions d’années plus tôt en deviendrait presque palpable.

Plus onirique, le musée Dali situé à St. Petersburg en Floride a proposé en début d’année à ses visiteurs un film en réalité virtuelle, inspiré d’une œuvre du peintre surréaliste. Le spectateur est amené à se promener dans l’univers étrange et singulier de l’artiste.

Dans l’Holocaust Museum & Education Center de l’Illinois, les avancées technologiques n’ont pas vocation au sensationnalisme mais mettent l’histoire récente à portée de chacun avec le projet « New dimension in testimony ». Grandeur nature, un survivant de l’Holocauste répond aux questions des visiteurs grâce à un logiciel de reconnaissance vocale qui, à partir de mots-clés, sélectionne les réponses parmi 20 h d’interviews. Une diffusion sous forme d’hologramme est envisagée.

CONSTRUIRE SA VISITE SUR-MESURE

Enfin, certaines techniques permettent de voir ce qui n’existe plus. Le Metropolitan Museum of Art de New York présente par exemple le temple d’Isis de Dendour avec ses couleurs d’origine en utilisant la technique du mapping, la projection d’images contre la surface du monument. De son côté, le Museum of Stolen Art rassemble des œuvres volées, disparues ou détruites, visibles grâce à la réalité virtuelle à travers un masque Oculus Rift.

À distance ou sur place, avec des œuvres réelles ou non, la visite au musée n’a pas fini de se réinventer !

 

– Dreams of Dali

– Google cardboard

– Musée du Louvre

http://www.louvre.fr/visites-en-ligne.